Registre des personnes et des ménages, une opération pour lutter contre la pauvreté

0
15

Il s’agit pour l’Etat de se doter d’une base statistique de données utiles pouvant permettre de mieux cibler les personnes et/ou les ménages les plus démunis, dans toutes les régions, pour au mieux orienter les mécanismes, les programmes et les projets sociaux. Une communication est présentée à cet effet en conseil des ministres ce mercredi par la ministre de l’économie numérique et de la transformation digitale sur l’avancement de ce projet.

 

“La mise en place du registre social des personnes et des ménages constitue l’un des projets prioritaires envisagés par notre pays pour renforcer l’inclusion et l’harmonie sociales et consolider la paix au Togo, conformément à la l’axe 1 de la feuille de route gouvernementale 2020-2025”, a précisé le compte rendu. Dans les détails, le registre vise à faciliter et à coordonner la conception et la mise en œuvre à la fois des initiatives d’inclusion financière, des programmes de filets sociaux et des mécanismes permettant de réduire les vulnérabilités et d’augmenter les revenus des populations surtout rurales en favorisant par exemple l’accès à l’électricité et à l’eau, des défis prioritaires. L’ambition du Distingué Militant du parti Union pour la République (UNIR), Faure Gnassingbé de faire plus et mieux pour le bénéfice des populations togolaises dont les besoins sont de plus en plus importants.

De toute évidence, l’absence ou la faible identification des ménages et des personnes constitue un frein à la réduction de la pauvreté et à la mise en place d’une croissance forte et inclusive telle que souhaitée par le Distingué Militant à l’horizon 2030 au Togo. Sans elle, les politiques sociales mises en œuvre et les objectifs fixés sont de moins en moins efficaces. “Suite à cette communication, le conseil a donné des orientations pour la mise en place de ce registre : un principe déclaratif et volontaire permettant ainsi aux personnes enregistrées de pouvoir, selon des critères sociaux à définir, de bénéficier de programmes de protection sociale du gouvernement”, a indiqué le conseil des ministres.