L’artisanat au féminin : à la découverte d’une tisserande de pagne traditionnel.

0
178

 

Le pagne « Kenté » est très prisé en Afrique. Il trace l’histoire des peuples et est porté lors de grands évènements pour valoriser la culture et le savoir –faire des tisserands. Ce secteur regorge beaucoup de talents et Honorine en est une référence.
Très tôt, depuis son enfance Honorine s’est attachée à sa grand –mère pour hériter d’elle le tissage de pagnes traditionnels. Une passion pour sa mémé qui habillait les amoureux du Kenté et toute sa maison. Ces pagnes sont portés dans des fêtes, des cérémonies de dot, l’intronisation des chefs et dans bien d’autres évènements.

Honorine lui vient en aide; une occasion pour elle de connaitre la valeur des fils en coton pur et naturel du terroir et le nom des pagnes entre autres « Ashanti Kenté ».

Nourrie de cette passion, la jeune dame n’a pas perdu de temps pour aller en apprentissage. Aux doigts de fée, elle véhicule le beau au travers de son travail. Un travail manuel qu’elle effectue avec détermination.
Elle s’applique à cœur vaillant au travail et se dit « c’est une manière pour moi d’accompagner le gouvernement dans sa politique d’amener la population à la consommation des produits locaux ».

Pour la visibilité de ses pagnes ; elle est présente dans les grands évènements et foires pour exposer ses pagnes et habits multicolores tissés à la main « made in Togo ». Par là ; Honorine ADJAGBA entend être un modèle pour les jeunes désireux d’embrasser ce métier.
« Tissage MASSAMA » un nom authentique pour les produits d’Honorine qui ambitionne à devenir une grande entrepreneure de pagnes traditionnels en révélant qu’elle vise d’habiller les présidents, les grandes autorités du Togo et du monde. Dans un seul but : rendre beau, belle, élégant(e) les gens, pour leur permettre d’être distingués dans les grandes rencontres.
Honorine se dit prête à partager son savoir faire avec tout ceux qui adorent le tissage de pagnes traditionnels. C’est pour elle une manière d’amener les jeunes et plus précisément les jeunes filles à relever le défi de l’entrepreneuriat féminin.

Viviane N’SOUVI