Exclusivité : la CPP et son Président lèvent le voile sur les grandes vérités autour des élections régionales de 2023

0
55

Beaucoup de togolais sont encore sur leur soif concernant non seulement le respect du calendrier des prochaines élections régionales, mais aussi leur portée sur l’amélioration des conditions de vie au quotidien.

La rédaction de Lomeinfo24 s’est approchée de Adrien Beleki AKOUETE, Président du Bureau Exécutif Provisoire de la Convergence Patriotique Panafricaine (CPP), un grand acteur sociopolitique du Togo, ayant activement pris part aux rencontres et assises préparatoires desdites élections régionales, pour en savoir plus.

C’est un Adrien Beleki AKOUETE souriant et romantique qui nous reçoit mais, aussitôt le dictaphone lancé, il devient grave et sérieux. Interview

 

Désormais, voilà les sanctions prévues pour les auteurs d’abus sexuels sur apprenants

Lomeinfo24 : Faites-nous brièvement la genèse de la CPP

 

Adrien Beleki AKOUETE : d’entrée, permettez-moi de m’incliner devant la mémoire de mon ami d’enfance, un compagnon de lutte, un militant de la démocratie, le regretté Patrick Lawson Boevi Bankou, arraché à notre affection. C’est avec honneur et beaucoup d’humilité que je lui rends hommage. Pour en venir à votre question, je dirai que la Convergence Patriotique Panafricaine est une combinaison de quatre partis. Avant la première élection pluraliste présidentielle de 1993, l’idée a commencé son petit chemin. Ensuite, en 1994 plusieurs partis politiques ont boycotté les élections législatives pluralistes, sauf deux grands partis politiques notamment l’UTD et le CAR…. Malheureusement ces deux partis ne se sont pas attendus afin de matérialiser leur victoire par une véritable coalition pour la gestion du pays. Après ces difficultés, l’idée de mise en place d’un grand parti a commencé jusqu’à la naissance de la CPP le 15 août 1999.

ASKY Airlines recrute

Lomeinfo24 : Quels sont les objectifs, la vision et la mission de la CPP ?

 

Adrien Beleki AKOUETE :  la CPP dans son statut est un parti de tendance sociale démocratique. Cela veut dire que c’est un parti libéral, un parti social, un parti qui tend vers le peuple, les syndicats et tout ce qui est social dans le pays. L’objectif principal, dès sa naissance, est de pouvoir constituer une véritable force en face du parti RPT ( ndlr: Rassemblement du Peuple Togolais) à l’époque, pour pouvoir faire une lutte susceptible afin d’arriver à l’alternance. Nous avons aussi comme objectif de créer des conditions de vie paisible dans le pays ; de créer des conditions de vie sociale apaisée dans le pays et de faire en sorte que le développement soit inclusif. Comme mission, la CPP ambitionne comme tout parti politique de conquérir le pouvoir. C’est pour cela que depuis sa naissance, le vivre ensemble est son leitmotiv principal. Il faut le signaler, la CPP prône le grand pardon, parce que depuis longtemps, les partis politiques se voyaient en chiens de faïence, à cause des guerres ethniques entre les peuples ; les éwé critiquaient les mina, les mina critiquaient les kabyè ; les losso critiquaient les kotokoli etc… On vivait dans ce tohu-bohu, cette guerre ethnique qui nous divise et pourtant il n’y a qu’un seul Togo pour tous les Togolais. Pourquoi ne pas créer des conditions de pardon et ensuite du vivre ensemble pour que les Togolais puissent conjuguer leur grand effort pour un développement harmonieux et inclusif ?

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo recrute

Lomeinfo24 : Les élections de 2023 se profilent à l’horizon. Comment se font les préparatifs au sein de la CPP ? Vous jugez bonne la tenue des élections régionales en cette période de crise au Togo ?

 

Adrien Beleki AKOUETE :  bien sûr ! les élections régionales tirent leur essence, leur existence du titre III de notre Constitution, surtout à ses articles 51 et 52, du code électoral et des lois organiques. Donc les élections régionales permettent d’achever le processus de décentralisation qui a commencé depuis un certain temps. Je voudrais rappeler que beaucoup croient que c’est la toute première fois que les élections locales sont organisées au Togo. Non ! Les élections locales ont toujours existé au Togo seulement, elles ont été stoppées à un moment donné et cela fait presque 30 ans avant leur retour.  Pour maintenant achever cette décentralisation, il faut à tout prix des élections régionales, mais ces élections doivent aboutir à des régions fortes. Moi personnellement et également la CPP sommes d’accord sur la tenue de ces régionales parce que le développement n’a jamais été harmonieux quand on ne développe pas les régions et si c’est le pouvoir central seul qui doit faire tout cela, je dis non. Il faudra que le développement soit à la base, fait par les communes et ensuite par les régions pour s’étendre à toute la nation. Ensuite les régionales permettent de respecter la Constitution. Pour le Sénat, notre Constitution prévoit deux chambres : celle des députés et celle des Sénateurs. Cependant jusqu’à présent, le pays n’a pas encore la chambre des Sénateurs donc les régionales vont permettre de mettre en place cette chambre. Enfin, lorsque je vois le fonctionnement actuel des communes, même si ce n’est pas à 100% comme on l’aurait souhaité, cela permet pourtant à des partis qui « se mangeaient le nez » auparavant de discuter dans des conseils municipaux.

 

La suite dans le prochain numéro

 

La Rédaction