Cote d’Ivoire : au tribunal, une victime propose un emploi à son voleur

0
31

Placé sous mandat de dépôt, le 4 novembre 2022, après qu’il a “piqué” le porte-monnaie d’un opérateur économique le 1er novembre, en pleine célébration de la fête de l’Abissa, Ahmed Sylla, vingt- sept hivernages au compteur, s’est retrouvé à la barre du tribunal correctionnel de Grand-Bassam, le 10 novembre 2022. Il avait en face A. Kouakou, sa victime.

Guinée Conakry : absence embarrassante de toilettes publiques dans la capitale

Appelé par le président du Tribunal à se prononcer sur cette affaire avant la décision de la Cour, le plaignant et victime A. Kouakou, après avoir pardonné l’indélicatesse de A. S., va plus loin. « M. le Président, M. le Procureur : non seulement je lui accorde le pardon qu’il demande mais je suis prêt à lui offrir son premier emploi, si tel était son vœu. En tant qu’opérateur économique et pourvoyeur d’emplois, je gagnerais plutôt à aider ces jeunes déscolarisés et laissés-pour compte de la société qui, à un moment ou à un autre de leur vie, n’ont eu d’autres choix que de voler. Voler pour subsister… je veux dire. »

Guinée Conakry : trois ans après leur concours d’intégration à la fonction publique, les candidats réclament les résultats

L’audience du tribunal de Grand-Bassam, qui avait retenu son souffle à l’entame des propos du plaignant et victime A. Kouakou, finira par lui exprimer sa forte émotion et sa grande reconnaissance. Mme A. B., la mère du prévenu, présente à l’audience pour soutenir courageusement son fils momentanément égaré, n’aura pas assez de mots forts, pour remercier et même bénir l’homme providentiel : celui que Dieu venait ainsi de mettre sur son chemin. Pour sauver son fils.