Après 11 ans de détention voilà pourquoi cet homme avait interdit à tout le monde d’informer sa mère qu’il était en prison

0
18

Le commandant Alpha Oumar Boffa Diallo alias AOB a révélé au micro de VisionGuinee que sa mère ignorait tout de son séjour carcéral. Moins d’une semaine après sa sortie de prison, l’ancien aide de camp de Lansana Conté a évoqué les raisons qui l’ont poussé à ne pas informer sa génitrice.

Après plus d’une décennie derrière les barreaux, le commandant AOB a retrouvé les siens après avoir bénéficié d’une grâce présidentielle du colonel Mamadi Doumbouya. Rencontré par notre rédaction à son domicile, il a déclaré que son absence n’a pas été facile à vivre pour sa famille.

‘’J’ai trouvé ma famille en bonne forme à l’exception de ma femme qui est tombée malade dès les premières heures de mon arrestation. Elle en souffre toujours, tout comme ma maman. Mes enfants ont enduré, mais ils ont fait preuve de courage et encadré la famille derrière moi’’, indique-t-il.

Les premiers taxis sans chauffeur entrent en service à Pékin

‘’J’avais interdit à tout le monde d’informer ma mère que j’étais en prison’’, révèle-t-il, ajoutant que ‘’ma mère est une femme qui a beaucoup souffert. Elle est tombée malade pendant près de 20 ans avant de se rétablir d’une maladie mentale.  Après, on l’a ramenée dans le foyer de mon père. Maintenant, si des évènements comme ce qui m’est arrivé se passent et qu’on vienne le lui dire, elle allait aussitôt succomber. Donc j’ai dit à tout le monde ne pas lui dire que j’ai été arrêté’’.

’J’ai demandé à ce qu’on lui dise que je suis à l’étranger pour des stages. Par le passé, tous les ans, je partais à l’étranger pour quelques mois. Mais ma maman a commencé à avoir des doutes à un moment donné. Elle disait : ‘mon fils a l’habitude de partir, mais pas l’habitude de durer comme ça’’’, précise-t-il.

‘’Elle a même dit :  ‘Dans mes rêves, j’ai vu mon fils avec les jambes bandées. Il était enfermé dans une maison qui se trouve dans une cour fermée. Et cette cour est dans une autre cour’. Ce jour-là, tout le monde était ébahi. Quand j’ai appris cela, j’ai su directement qu’elle a dû comprendre’’, conclut le commandant AOB.